Client corner

Sign in Register

Why to register ?

Full access to all our content.

View online stock.

Zellige

Le zellige marocain authentique traditionnelle

zellige marocain ( ou Carrelage marocain ) est réputé pour sa haute qualité et de précision dans la conception

Le Zellige est la forme d’art la plus typiquement marocaine. Il fait appel à la technique forte bien assimilée de la terre cuite émaillée et s’inscrit dans l’architecture des palais et des monuments.
Le Zellige est un produit plus spécifiquement artisanal de par la modestie de son origine et l’habilité dont il faut faire preuve pour le travailler.

Il s’agit en fait de carreaux de terre cuite de 10 x 10 cm recouverts d’émail et ils sont taillés manuellement à l’aide de lourds marteaux (MENQACH) qui contraste avec la délicatesse des pièces obtenue. Ces pièces composent ensuite un motif qui obéit aux règles traditionnelles des tracés régulateurs, discipline répétons-le, de tous les arts islamiques.
Une mosaïque, sûrement pas, mais d’humble petits morceaux de faïence si bien agencés entre eux qu’ils confèrent, par la diversité de leurs coloris et de leurs formes, une opulence épanouie est débordante aux murs qu’ils couvrent, aux frises et aux soubassement qu’ils composent, aux portails qu’ils habillent, aux pavements des mosaïques, des palais, des belles demeures.
Le Zelligeur (c’est qui fabrique les zelliges ) a besoin de fort peu de choses : de l’argile, des bras et ses jambes, du soleil, une planche, un four, de colorants minéraux, un gros marteau, et beaucoup d’habileté personnelle. Le Zellige est un travail typiquement artisanal, qui ne pourrait être fait à la machine, car les combinaisons de ses modestes petits morceaux de faïence donnent une variété de dessins infinie.

En effet, à la base d’un dessin d’ensemble, le Zelligeur dispose, pour l’exécution , d’environ 300 modèles grâce à l’agencement des couleurs et des formes des gabarits. Le travail du Zellige est nécessairement un travail de groupe, chaque personne étant spécialisé dans le tracé, la coupe, l’assemblage… etc.

Ce qui frappe lorsque l’on voit les artisans marocains au travail sur les chantiers ou dans les nombreux ateliers de la médina, c’est le contraste entre la sophistication de l’œuvre accomplie et le caractère rudimentaire des matériaux et outils utilisés qui sont simples fabriqué à partir de matériaux de récupération.
Cette déconcertante simplicité matérielle va avec des techniques parfaitement adaptées mises au point au long des siècles. Tout est question de savoir-faire .
Un savoir qui passe par un long et précoce apprentissage.